Veuillez saisir votre adresse e-mail pour recevoir la lettre d'information :

Fragments de carnets de Beyrouth, revus et corrigés.

7 novembre 2011 | Catégorie(s) : Idées / Actions | Thème(s) :

Partager cet article

joumblatt-cd33117h30, début des rencontres politiques. Walid Joumblatt d’abord. Il nous reçoit chez lui; ouvre son courrier pendant que nous lui présentons, avec Richard Yung, nos candidats du PS pour cette circonscription, Jean-Daniel et Rita; pose quelques questions puis, rapidement, on en vient au Liban. Le message est simple, humble et en même temps d’un grand caractère, mais je n’en dirai ici que ce qu’il a lui-même bien voulu dire en public: le Liban est pluriel, il doit le rester et ne saurait donc être la propriété d’un camp, d’un clan. Le Hezbollah, qui est aujourd’hui dominateur, doit accepter cela et ne pas entraver le processus judiciaire engagé par le Tribunal spécial. Il le doit d’autant plus que la Syrie voisine n’est plus certaine de sa stabilité, pas plus que le régime d’Assad, aujourd’hui contesté jusqu’en son sein. Si, contraint et forcé, le PSP (parti socialiste progressiste, son parti) s’était résigné à cette domination politique, il a depuis quelques semaines pris deux positions très courageuses: l’exigence de la contribution libanaise au tribunal et la condamnation de la répression du peuple syrien. Grand moment politique que celui-là.
Ahmed_fatfat-fbbcfLa rencontre suivante était mois emprunte de grande Histoire mais nul doute que les personnes rencontrées joueront un rôle dans le prochain Liban: il s’agit des dirigeants et députés du « Courant du futur » (héritiers d’Hariri pour aller -très- vite). Le Dr Ahmad Fatfat, un de leur dirigeant, nous reçoit à domicile très chaleureusement avec ses amis. Les mêmes sujets sont mis sur la table, avec la même interrogation: combien de temps encore vont-ils tenir? Seront-ils prêts à faire face, et avec quels alliés, si une grave crise politique surgissait de l’intérieur…ou du voisin? Là encore, là aussi, je rencontre des gens ouverts, emprunts de Culture et de Politique.

Ils ont tous en eux l’espoir du cœur et le doute de la Raison. Demain, au troisième jour, nous poursuivrons ces rencontres politiques…mais nous rencontrerons « ceux d’en face ». Je ne pourrai assister à la rencontre avec les députés du parti chiite, mais je serai de la rencontre avec le général Michel Aoun, son allié. De toute façon, il est prévu de voir les députés de plusieurs partis, et, quand vous êtes étrangers en visite politique, il y a une règle: on sait qui vous êtes et ce que vous pensez, mais si vous voyez le uns, vous voyez les autres. Et on ne déroge pas à cette règle semble-t-il…

Enfin, belle soirée, à l’occasion d’un dîner-débat a priori pas facile: notre candidat, Jean-Daniel Chaoui intervient en terrain non conquis (l’UMP est très influente chez les français du Liban) pour présenter sa candidature. Mais l’écoute est là, respectueuse. Il faut dire aussi que la secrétaire de section, Rita Maalouf, à su dynamiser la section du PS et que cela se voit aussi dans l’assistance. Tant mieux pour tout le monde, les débats franco-français au Liban n’en seront que plus vivifiants. Et la gauche progressera, j’en suis certain… Bref. Richard Yung a planché sur la crise (« où va l’Europe? »), moi sur la Tunisie (« bilan et perspectives » …en toute modestie quand même, car je dois avouer que je ne supporte pas de voir pousser comme des champignons ces nouveaux « experts » en révolution et/ou intégrismes arabes…). Bon, on a quand même glissé dans tout ça que notre candidat Chaoui était le meilleur, et qu’il serait encore meilleur si la gauche française gagnait les élections présidentielles. Ce qui ouvrit de bons sujets de discussion de dessert, de table en table, et tous introduits ainsi : « Alors, François Hollande ? » et conclus ainsi: « Alors, François Hollande! ».

manif_gre_ce-74057J’ai quand même eu le temps dans tout ça d’apprendre l’adhésion de la Palestine à l’Unesco….et aussi de répondre à Europe1.fr[3], au JDD[4] et à RMC sur le référendum grec proposé par Papandréou. Depuis quand demander au peuple son avis est irresponsable? Les marchés se croient décidément seuls légitimes à décider contre les peuples. Se rendent-ils compte de leur ignominie? Et les dirigeants de la droite européenne courbent l’échine. Se rendent-ils compte de leur lâcheté?

PAGINATION DE L'ARTICLE :
Page : 1 2 3 4
Back to Top