Veuillez saisir votre adresse e-mail pour recevoir la lettre d'information :

Fragments de carnets de Beyrouth, revus et corrigés.

7 novembre 2011 | Catégorie(s) : Idées / Actions | Thème(s) :

Partager cet article

Troisième et quatrième jour

Bon, faute de temps pour tenir un journal quotidien, j’ai du ramasser un peu les deux derniers jours.

N’ayant pas le don d’ubiquité, je n’ai pas pu rencontrer tous les groupes parlementaires qui ont demandé à nous voir et nous nous sommes un peu répartis les tâches. Ce que je vais en dire est donc autant mon retour personnel que ce qu’on m’en a rapporté.

aoun_Hezbollah-d1bfdDans le bloc dit du 8 mars, actuellement au pouvoir, on compte tout autant les partisans du général Aoun, que le Hezbollah ou encore Amal (un autre parti à forte identité chiite). Leur alliance est assumée par les deux parties (disons chrétienne et chiites). Les premiers, pourtant anciens opposants à l’occupation syrienne estiment, selon les termes même de leur chef politique et militaire «qu’il faut sortir le Hezbollah de son isolement afin de l’intégrer dans le jeu civil et politique libanais». Pour Monsieur Aoun, «la stabilité du Liban passe par cette alliance». Jusque-là cette alliance constitue la force motrice de la nouvelle majorité. Pour le Hezbollah elle est une étape dans la consolidation de ses positions politiques au Liban (rappelons que cette formation dispose déjà de d’une hyper structuration administrative, politique et militaire). Chose surprenante, ce n’est pas le Hezbollah qui a été (si j’en crois mes camarades) le plus avancé sur la «théorie du complot» en Syrie. Pour le général Aoun, que j’ai rencontré, «le danger est que le printemps arabe devienne un enfer», il faut donc encourager la Syrie a faire des réformes démocratiques plutôt que d’encourager la révolte «qui n’est pas celle de tout le peuple». En contrepoint, Samir Geagea, le chef des «Forces libanaises» – opposant historique aux Syriens à l’époque avec le général Aoun et héritier des phalangistes – défend la dynamique globale des printemps arabes, affirme que le bloc du 8 mars correspond au bloc subordonné aux Syriens et celui du 14 mars (l’autre camp, donc) celui de la souveraineté «réelle».

geagea-31637Depuis les évènements en Syrie et la pression internationale les choses changent. Je l’ai déjà écrit, les parlementaires autour de Walid Joumblatt – qui jusqu’ici étaient dans ce bloc – ont clairement condamné les répressions sanglantes qui s’y sont déroulées. Il a également pris position pour que le Liban honore sa contribution financière au Tribunal spécial pour le Liban (instauré après l’assassinat de Rafic Hariri), ce qui n’est évidemment pas le cas du cœur de l’alliance du 8 mars…
ombre_Syrie-615a4En décembre, pour des raisons de calendrier et de droit libanais et international que je vous épargne, le Liban devra donner une réponse politique à l’exigence internationale de contribution au TSL. La bataille portera autant sur la nature du Tribunal que sur le droit international (prime-il, ou non, sur le droit libanais?). Pour résumer: il y a ceux qui défendront la légitimité du TSL (primauté du droit international en vertu de la hiérarchie des normes) et ceux qui s’appuient sur la Constitution du Liban qui, en deux articles, pose le principe qu‘un justiciable libanais ne peut être jugé qu’au Liban. Mais nous savons tous que, derrière le Droit, trône la politique. Nous verrons comment le Liban entre dans une nouvelle phase…

TSL-961a2Elles sont loin les années 70 où il existait dans la gauche libanaise (incarnée notamment par le père de monsieur Joumblatt mais aussi par un parti communiste à l’époque très puissant) un mouvement important en faveur de la déconfessionalisation du Liban. Reprendre ce terme serait aujourd’hui vécu comme une (vaine) provocation par des ordres et des communautés qui font loi (mariage, états civils, répartition des ministère et des recrutements dans la fonction publique etc.) mais il existe semble-t-il dans le Liban d’aujourd’hui une « envie d’Etat civil », c’est-à-dire fondé sur la citoyenneté. Bonne perspective que celle-là, n’est-ce pas?…

PAGINATION DE L'ARTICLE :
Page : 1 2 3 4
Back to Top