Veuillez saisir votre adresse e-mail pour recevoir la lettre d'information :

Le Maroc

31 janvier 2012 | Catégorie(s) : Archives député, Circonscription

Partager cet article

Première étape de campagne au Maroc : Casablanca, Mohammedia, Rabat, Tanger

J’ai juste le temps de quitter le Bourget, ce dimanche 22 janvier où François Hollande vient de tenir son discours à la Nation, pour me rendre à l’aéroport d’Orly, direction Casablanca. Incontestablement, le meeting du Bourget fut une entrée en matière réussie pour notre candidat à l’élection présidentielle. J’ai encore en tête ses propos sur la défense de la francophonie et la nécessaire ouverture de la France aux chercheurs, artistes et étudiants étrangers. Si tout va bien, en mai 2012, il en sera fini de la circulaire Guéant, et plus largement de tous ces miasmes xénophobes que ne cesse de véhiculer la droite depuis 5 ans. Je sais que j’aurai l’occasion de vérifier combien monsieur Sarkozy n’a eu cesse de rajouter de l’amertume à la vexation, du dépit aux blessures qu’il a lui-même créées. Dire que la droite a été jusque mettre en doute l’authentique citoyenneté de millions de nos compatriotes au prétexte qu’ils pouvaient avoir plusieurs nationalités. Sarkozy, c’est le retour à 1788.

2012-01-29 15.15.50-1 320x200Bref. Je me plonge dans le programme très riche que m’ont concocté mes amis et camarades. Merci à eux, à Mehdi, Antoine, Christine, Karim, Nicole, Marion, François, Moustapha, Augustin, Guy, Yves, Lamia, Catherine, Ali, Mickael, Fatima, Constantin, Malika, Manon, Sophie, Bérangère, Khadija, Isabelle, Abel, Mohamed et tant d’autres de m’avoir hébergé, accueilli, accompagné et organisé toutes ces rencontres.

Avant de me lancer dans ce journal, un camarade m’invite à la précaution : « l’UMP va te piquer toutes tes idées », « ils vont copier nos propositions pour effacer leur bilan », « si tu dis qui tu rencontres, leurs candidats vont repasser derrière », etc. Je le rassure en lui disant que plus grand monde ne croit à leurs engagements (on a vu qu’ils n’ont pas servi à grand-chose quand il s’est agi de s’opposer, avec les élus socialistes, à la circulaire Guéant ou à la remise en cause de la binationalité…) ; qu’après-tout, s’ils veulent des idées… Pour le reste, prenons le temps d’écouter nos compatriotes…

La sécurité sociale des français établis hors de France, un enjeu politique

Nouvelle imageCe premier jour à Casa le bureau de la caisse des français de l’étranger (CFE) est en délégation pour une rencontre avec ses adhérents (la même réunion aura lieu demain à Rabat, à laquelle je me rendrai également). On n’échappe pas dans ce genre de rencontres à l’exposé de situations individuelles, ce qui est bien normal. Ces dernières sont toutes révélatrices d’inquiétudes et de situations qui pourraient se résumer par le sentiment d’une hausse des cotisations pour une moindre prise en charge. Ce n’est pas toujours vrai, mais à n’en pas douter, les enjeux sont lourds. On sait déjà que l’actuelle majorité (dont le président de la CFE, M. Cantegrit est un des défenseurs puisqu’il est sénateur UMP) a décidé d’un désengagement brutal et injustifié de l’Etat dans ce que l’on appelle la 3è catégorie, destinée à assurer une couverture sociale pour nos compatriotes à très bas revenus. Je rappelle ici que cette 3ème catégorie avait été instaurée par Martine Aubry, alors ministre des affaires sociales sous  le gouvernement de Lionel Jospin. Encore un progrès social et une mesure de solidarité détruite par M. Sarkozy et ses amis… J’entends des personnes proches de l’actuelle majorité le « regretter »… Je me rends compte que la droite est championne du déni de bilan et fait comme si elle n’était pour rien dans ses propres choix politiques (je le constaterai aussi en apprenant que les deux candidats UMP et UMP dissident- Mme Doukali et M. Dendène continuent de défendre la droite tout en prenant leurs distances avec M. Guéant et la remise en cause de la binationalité). A celles et ceux qui nous interrogent, je peux avec assurance exposer le projet de la fédération des français de l’étranger du parti socialiste, qui engage les candidats à la députation : nous reviendrons sur ce désengagement pour assurer effectivement le principe de solidarité. Dans la réunion, les questions vont au-delà : quid de la retraite, en particulier pour ceux qui ont travaillé de nombreuses années en contrat de droit marocain ? Quel soutien pour les personnes âgées (de plus en plus nombreuses) qui ne peuvent plus assumer une vie normale en France compte tenu de leurs niveaux de pension ? Il faut d’ailleurs soulever ici une injustice : le montant des pensions n’est pas calculé uniquement en fonction des annuités de cotisations mais intègre également le niveau de revenu ! Ce qui, on s’en doute, a pour effet mécanique de faire baisser le niveau, déjà bas pour certains, de leurs pensions. Voilà un sujet sur lequel je vais interpeller mes camarades candidats dans les autres circonscriptions, pour que nous puissions agir de concert. Il est sans doute d’autres revendications qu’il est nécessaire et possible de revoir ; parmi une dizaine, j’en retiens une, concrète : la fin du délai de carence de 3 mois d’installation dans un pays tiers avant de pouvoir bénéficier de la CFE. J’y reviendrai dans cette campagne.

PAGINATION DE L'ARTICLE :
Page : 1 2 3
Back to Top