Veuillez saisir votre adresse e-mail pour recevoir la lettre d'information :

Invité du matin sur RFI

22 mai 2013 | Catégorie(s) : Idées / Actions, Médias | Thème(s) :

Partager cet article

« … Vous connaissez beaucoup de Chinois qui se disent : “Tiens, je vais apprendre l’anglais, je vais en France” ? Cela n’existe pas. Quelqu’un qui veut aller faire ses études en France, c’est d’abord parce que, il est soit préparé à la langue française parce qu’il l’a apprise, soit parce qu’il veut l’apprendre. D’ailleurs, c’est le cas de tous ces étudiants qui viennent et qui sont nombreux. On peut dire que la France n’a pas à se plaindre, on est quatrième ou cinquième dans le monde, c’est-à-dire qu’on attire du monde… »

L’Assemblée nationale entame l’examen du projet de loi sur l’enseignement supérieur, qui prévoit d’introduire des cours en anglais dans les universités françaises. Pouria Amirshahi, est l’un des opposants les plus virulents à cette disposition et avant de nous expliquer pourquoi, rappelons qu’il s’agit donc de permettre aux universités qui le souhaiteraient de donner leur enseignement en anglais. Il ne s’agit pas de cours d’anglais, mais de cours en anglais dans les filières qu’elles choisiraient. Est-ce que la France n’est pas en effet aujourd’hui moins attirante pour les étudiants étrangers, tant qu’elle ne propose pas ce service ? Pour répondre à ces questions, Pouria Amirshahi, le député PS de la 9e circonscription des Français établis hors de France (Maghreb, Afrique de l’Ouest), est l’invité de Frédéric Rivière.

Retrouvez l’émission présentée par Frédéric Rivière sur le site de RFI.

Back to Top