Veuillez saisir votre adresse e-mail pour recevoir la lettre d'information :

Il n’y aura pas de « tout anglais » à l’université

23 mai 2013 | Catégorie(s) : Idées / Actions, Médias | Thème(s) :

Partager cet article

parlerfryeswecanLes précisions apportées en Commission des Affaires culturelles représentaient des améliorations mais encore insuffisantes. Dans cette optique, et à défaut d’une suppression de l’article, j’ai également présenté, avec plusieurs collègues socialistes, des amendements supplémentaires afin de limiter le périmètre d’application de cet article.

Désormais, le choix d’enseigner un cours en langue étrangère devra être justifié par l’existence de « nécessités pédagogiques ». Cet amendement – Amendement 284 P.Amirshahi – tend à circonscrire la portée de l’article aux seuls cours nécessitant véritablement d’être dispensés en langue étrangère. Cet amendement adopté en séance publique, à l’unanimité, constitue un véritable garde-fou. En effet, il permet d’exiger un lien manifeste entre la langue d’enseignement étrangère et le contenu ou l’objet de l’enseignement.
Les exceptions à l’enseignement et la production de thèses et mémoires en langue française devront être « nécessaires à la maîtrise et la pratique de la matière enseignée ».

Notre souci doit désormais être triple :

  • Rendre attractives nos universités par la qualité de leurs enseignements et de l’accueil.
  • Permettre le plurilinguisme et un enseignement de langues diversifié car la France aura aussi besoin d’hispanophones, d’arabophones et de sinophones.
  • Reformuler une ambition francophone articulée autour de principe de mobilités pour les étudiants, mais aussi les chercheurs, les artistes et les chefs d’entreprises.

C’est cette belle ambition, de Montréal à Abidjan en passant par Bruxelles et Paris, qui peut donner à la Francophonie ce nouveau souffle indispensable. Pour ma part, j’y contribuerai pleinement, notamment en tant que rapporteur de la mission d’information sur la Francophonie.

Vous retrouverez ci-dessous les vidéos de mes interventions à l’Assemblée Nationale lors de la discussion sur l’Article 2 du projet de loi Enseignement Supérieur et Recherche :

Back to Top