Veuillez saisir votre adresse e-mail pour recevoir la lettre d'information :

Dossier Art Spiegelman

23 juin 2013 | Catégorie(s) : Bande Dessinée | Thème(s) :

Partager cet article

Nous sommes tous redevables à Art Spiegelman. Ses premiers pas dans le comic underground, ses dessins de presse et ses livres ont permis à la bande dessinée de forcer les portes qui lui étaient longtemps fermées par la chronique culturelle officielle. Même parmi ses détracteurs, la reconnaissance de la bande dessinée est – après la publication de Maus – devenue obligée.

Auteur doublement engagé – à la fois contre les conservatismes de la société états-unienne et pour la bande dessinée en tant que moyen d’expression à part entière – Art Spiegelman est marqué et marque ses lecteurs par son obsession de ce qui tourne mal chez l’Homme. Bêtise, cupidité, racisme, violence… : tous les revers de notre médaille d’être humain et social sont passés au crible de ses dessins mettant souvent en scène les divisions profondes et les préjugés tenaces qui traversent son pays. C’est en tant qu’editorial cartoonist au New-Yorker qu’il croque l’actualité durant dix ans (1993-2002), jusqu’à son choix de quitter une institution qu’il juge désormais, elle aussi, intoxiquée par la propagande de guerre de civilisation post-11 septembre.

Art Spiegelman aura aussi largement contribué, dans les années 60 et 70, à la vitalité de l’édition underground et en particulier dans les revues Real PulpYoung Lust et Bizarre Sex. En 1980, avec Bill Griffith, il lance la revue Arcade et, avec François Mouly, la revue RAW. Cette dernière, à vocation internationale, ouvrait une grande porte sur le patrimoine autant que sur la création contemporaine : on y retrouve tout à la fois McCay, Muñoz, Herriman ou encore Gustave Doré.

Car c’est aussi pour son engagement en faveur de la bande dessinée que l’on doit tant à Art Spiegelman : enseignant à la School of Visual Arts de New York, l’enseignant est aussi prosélyte et avocat du medium dont il vante, présente et décortique des éléments de patrimoine, de genres, de styles aux quatre coins des États-Unis. 

Le choix d’en faire le président du prochain festival est, à tous ces égards, une belle reconnaissance. Neuvièmeart a le plaisir de vous présenter ce dossier consacré à un grand Monsieur de la bande dessinée.

Retrouvez le dossier sur Neuvième art 2.0

Back to Top