Lettre adressée au Ministre Laurent Fabius

Projet de nouvelles écoles françaises à Annaba et Oran

18 février 2014 | Catégorie(s) : Circonscription | Thème(s) :
Imprimer l'article

En application de la Déclaration d’Alger sur l’amitié et la coopération entre la France et l’Algérie signée en décembre 2012 à Alger, s’est tenue la première Session du Comité Intergouvernemental de Haut Niveau algéro-français un an après les 16 et 17 décembre 2013. Les deux pays ont pris la décision de renforcer leur coopération dans de nombreux domaines et une feuille de route ambitieuse a ainsi été tracée.

Les deux parties se sont engagées à finaliser, au premier trimestre 2014, les négociations sur la définition d’un statut conventionnel pour le Centre culturel algérien et pour l’École algérienne à Paris.

Elles se sont également engagées à finaliser, au premier trimestre 2014, les modalités d’ouverture des deux nouvelles écoles françaises à Oran et Annaba, comme décidé en décembre 2012. C’est sur ce point que j’ai souhaité interpellé l’attention du Ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, et exprimé une nouvelle fois mon soutien à cette initiative. Vous trouverez ci-dessous le texte du courrier adressé au Ministre.

Monsieur le Ministre,

Les visites du Président de la République l’année dernière et du Premier Ministre Jean-Marc Ayrault en fin d’année, ont donné l’impulsion pour un rapprochement entre la France et l’Algérie.

En lien avec nos relations économiques communes, notre coopération s’appuie sur un réseau culturel français redéployé depuis les années 2000. Sur ce point en particulier, il est apparu nécessaire de consolider notre réseau scolaire en Algérie, où les francophones sont encore nombreux, et où la langue française est un atout essentiel pour l’insertion sur marché du travail.

C’est dans cette perspective que des projets d’ouverture d’écoles françaises à Oran et Annaba sont à l’étude, conformément aux engagements pris en décembre 2012 et confirmés depuis.

Comme vous l’imaginez, je soutiens activement cette perspective, qui répond à une attente très forte de nos compatriotes.

Le projet devant se concrétiser au premier trimestre de cette année, je vous serais très reconnaissant de bien vouloir m’informer de son évolution.

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de mes respectueuses salutations.

Pouria Amirshahi

Le Ministre des Affaires étrangères et du développement international, Laurent Fabius, a redis tout son intérêt pour le projet de création d’école à Oran et Annaba, dans une réponse qui m’a été adressée au mois d’avril. Je resterai attentif à ce que la Mission laïque française mène à bien ses travaux de faisabilité et je continuerai à soutenir le projet. J’ai par ailleurs demandé un rendez-vous avec Messieurs Yves Aubin de La Messuzière et Jean-Christophe Deberre, respectivement Président et Directeur général de la Mission Laïque afin de discuter de plusieurs dossiers de la circonscription, et notamment de l’ouverture de ces écoles.

Monsieur le Député,

Vous avez appelé mon attention sur l’état d’avancement du projet de création d’écoles françaises à Oran et à Annaba en Algérie.

Ce projet, qui s’inscrit dans le cadre d’une réflexion commune aux Premiers Ministres français et algériens, s’il a retenu toute l’attention de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger, sera toutefois suivi par la Mission laïque française.

Sous réserve d’obtenir des autorités algériennes des garanties sur un certain nombre de paramètres financiers et administratifs, la Mission laïque française examine d’ores et déjà le dossier et procède, sur recommandations de mes services, à une étude de faisabilité. Le profil des publics destinés à ces école est à l’étude, afin de décider notamment s’il s’agira d’écoles d’entreprises ou d’écoles ouvertes à un public diversifié et algérien.

Soyez assuré que, lorsqu’ils seront créés, l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger sera attentive à travailler avec ces établissements.

Je vous prie de croire, Monsieur le Député, à l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

Laurent Fabius

Back to Top