Veuillez saisir votre adresse e-mail pour recevoir la lettre d'information :

[20 Minutes] «Les Français nous disent qu’ils comprennent notre démarche»

2 mars 2015 | Catégorie(s) : Idées / Actions, Médias | Thème(s) :

Partager cet article

Entretien publié sur 20 Minutes.fr le 1 mars 2015

 

Qualifiés de «foyer infectieux» par le ministre de l’Economie, les frondeurs du PS semblent avoir contaminé les Français. Dans un sondage publié par Le Parisien ce dimanche, 55% des personnes interrogées disent en effet avoir une bonne opinion des frondeurs. 65% jugent «normal» qu’ils s’opposent au gouvernement et 70% estiment que le Parti socialiste devrait «rappeler à François Hollande ses engagements de campagne». Un sondage encourageant pour la gauche du PS, quelques jours après la crise liée à la loi Macron et à trois mois du congrès du parti. Le député frondeur Pouria Amirshahi (9e circonscription des Français établis hors de France) en dit plus à 20 Minutes.

Les Français semblent donner raison aux frondeurs face à l’exécutif. Quelle importance lui donnez-vous?

Moi qui d’habitude n’aime pas les sondages, j’avoue que celui-ci fait du bien. Dans un moment où l’exécutif appelle au sérieux, à la responsabilité, et assure qu’une seule politique est possible, il est bon d’entendre les Français. Or ils nous disent qu’ils comprennent notre démarche, qui est de rappeler à François Hollande ses engagements en faveur de la réduction des inégalités et du chômage. Ils nous soutiennent contre l’argument d’autorité et la posture de l’exécutif, et nous encouragent à discuter des échecs de nos politiques publiques. Il ne faut pas oublier que l’abstentionnisme touche surtout la gauche. Ces électeurs ont besoin qu’on leur dise qu’une autre politique est possible.

Comment expliquez-vous alors le précédent sondage sur le soutien des Français à la loi Macron?

La communication faite autour de la loi Macron en a fait une loi moderne. Mais les Français savaient-ils qu’elle comprend une mesure sur la privatisation des aéroports ou qu’elle réduit les obligations des employeurs en cas de licenciement économique? Sur le travail du dimanche, il y a eu une propagande assez puissante… Par ailleurs, toute une série de portraits d’Emmanuel Macron ont été publiés le présentant comme un homme neuf, moderne et sympathique. Sympathique, c’est plutôt vrai. Mais Macron ressemble aussi parfaitement au système: énarque, conseiller de l’Élysée…

Les Français estiment aussi qu’Arnaud Montebourg est la personnalité qui représente le mieux les idées des frondeurs, devant Benoît Hamon et Martine Aubry. Qu’en pensez-vous?

Cela veut dire qu’Arnaud Montebourg a marqué les esprits. Sa personnalité fougueuse fait qu’on l’associe facilement à l’idée de fronde. Mais le sondage dit aussi que la personnalité citée par les Français est différente selon le camp des personnes interrogées. Cela prouve que la fronde ne s’incarne pas dans une personne. C’est une question de valeurs, pas de personnes. Nous n’avons pas manifesté notre opposition pour être chefs.

Au congrès de juin, il sera pourtant bien question de personnes…

On est encore loin du congrès. Dire qu’on a poussé le gouvernement à recourir au 49-3 pour préparer le congrès est complètement faux. La fronde existe depuis deux ans. Il y avait de vraies questions dans la loi Macron.

Le JDD évoque une rencontre des frondeurs avec François Hollande. Le confirmez-vous?

Il n’y a ni date, ni lieu. Je n’en dirai pas plus, vous le saurez le jour où ça se fera.

 

Propos recueillis par Nicolas Beunaiche

 

Retrouvez l’entretien sur le site de 20 Minutes

Back to Top