Vu ailleurs | Je viens de découvrir

« Lieux saints partagés », une exposition du MuCEM au Musée du Bardo

9 décembre 2016 | Catégorie(s) : Vu d'ailleurs | Thème(s) :

 

Du 19 novembre 2016 au 12 février 2017, le Musée national du Bardo accueille « Lieux saints partagés« , une exposition phare dédiée aux partages religieux en Méditerranée, avec des chefs d’œuvres tunisiens et des prêts rares internationaux. L’exposition est placée sous le haut patronage du Président de la République tunisienne.

 

Produite par le Musée national des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM) à Marseille, cette exposition a été présentée pour la première fois d’avril à août 2015 et a accueilli 120 000 visiteurs. À l’initiative de la Présidence de la République, cette nouvelle version est le fruit d’un partenariat exceptionnel entre l’Institut national du Patrimoine (INP), le Musée national du Bardo et le MuCEM.

La question des identités religieuses est l’une des plus sensibles parmi celles qui se posent au « vivre ensemble » en Méditerranée. De ce point de vue, la mer intérieure semble être l’espace de la séparation et du conflit. À chacun son Dieu, ses écritures, ses saints. Les échanges se déclinent au pire sous la forme de guerre de religions et de choc de civilisations, au mieux sous celle de dialogues érudits, laborieux et souvent stériles. Un phénomène religieux, peu connu du grand public, mais très présent en Méditerranée est portée à la connaissance des visiteurs de cette exposition : les lieux saints partagés par des fidèles de religions différentes.

Des prêts significatifs composent cette exposition. Ils proviennent d’institutions ou de collections privées internationales ainsi que de l’ensemble des musées tunisiens.

L’exposition consiste en un parcours à travers les grandes figures et les lieux saints partagés par les monothéismes en Méditerranée. À la fois artistique, anthropologique et historique, elle réunit plus de 150 œuvres d’art, objets du quotidien, films et photographies.

Cette exposition sera également l’occasion de découvrir des espaces rarement montrés au public, fleuron de l’architecture tunisoise : les appartements du Petit Palais, situés au sein même du Bardo ainsi que la salle de Sousse.

 

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site internet de l’Institut français de Tunis.

Back to Top