Veuillez saisir votre adresse e-mail pour recevoir la lettre d'information :

Quelques mots en guise de fin (provisoire)

16 juin 2017 | Catégorie(s) : Idées / Actions

Partager cet article

Chères et chers amis,mesdames, messieurs,

Je m’exprimerai à un autre moment sur la situation et surtout sur les lendemains politiques. Pour ma part je conçois ma tâche comme une obligation de transmission aux nouvelles générations car le temps des reconquêtes sera long. L’avenir conserve cependant ses possibilités heureuses et cela suffit en guise de boussole me semble-t-il. J’en reparlerai très vite et spécifiquement, chaque chose en son moment.

En attendant je vous dois à toutes et tous des comptes : je vous les rends donc ici. Vous pourrez cliquer sur chaque page pour avoir un aperçu de ce que fut mon action durant ces 5 ans, dans l’hémicycle ou en circonscription. 

Merci à toutes et tous pour vos encouragements, vos interpellations, vos soutiens, vos critiques, vos présences, dans vos commentaires sur cette page ou sur le terrain. J’espère avoir honoré du mieux possible vos attentes et votre confiance, fidèle à des principes, soucieux des engagements pris, respectueux d’une éthique de conviction, tous puisés dans le ferment de l’humanisme.

J’adresse un salut particulier à Martine Vautrin Jedidi qui fut ma suppléante et mon aiguillon exigeant en même temps qu’un soutien extraordinaire. Ma gratitude, immense, va également à ceux qui furent partie de mon équipe : Pierre Fermigier, Basma Bounaira, Germain Filoche, Benoît Soulier, Claire Rabès, Maëva Boitel, Zahir Mounia, Assia Hebbache, Charlotte Soulary, Anna Mélin. 

Merci enfin à vous, hommes et femmes – pour certains devenus des amis – que j’ai eu la chance et l’honneur de rencontrer dans ces nombreux voyages en circonscription et qui m’ont permis de comprendre un peu mieux notre monde. Je ne peux tous vous nommer, mais si vous me lisez, je sais que vous vous reconnaissez. Sachez que je me suis élevé grâce à vous. 

Quant à mes camarades je ne les abandonne pas.

Surtout, gardez le sourire : la vie en vaut la peine !

En fidélité,

Pouria Amirshahi

Post-Sciptum : mon dernier acte en tant que député sera de visiter une prison. Je tâcherai de vous en rendre compte, ainsi que d’un déplacement effectué il y a quelques semaines dans un centre d’internement psychiatrique. Des gens y sont privés de libertés, pour de multiples raisons, certes, mais rien n’est moins banal qu’une privation de libertés, et la maltraitance qui souvent l’accompagne.

Back to Top